Les Violences

 

Que ce soit des pressions psychologiques, des coups, des agressions sexuelles, des viols ou des mutilations sexuelles, de nombreuses femmes (et hommes) y sont confronté-e-s chaques jours.
Les violences sont un moyen d'instaurer ou de maintenir une relation de domination.
Elles ont pour but de contrôler l'autre, en lui déniant toute autonomie, en niant ses désirs et ses droits élémentaires.

Une femme meurt tous les trois jours de violences conjugales en France

47 573 faits ont été enregistrés par la gendarmerie et la police, ce qui constitue une hausse de plus de 30 % par rapport à 2004 (36 231), mais pas une augmentation du nombre de cas : il y a plus de déclarations qu’avant (encouragées par la police et la justice), et il y a une nouvelle définition de la violence conjugale qui inclut désormais les violences faites par un ancien conjoint.
Les violences conjugales représentent plus du quart de l’ensemble des actes de violence.
En 2006, 137 femmes sont mortes des coups portés par leur compagnon (soit une femme tous les trois jours) et plus de 3 000 actes de violence ont entraîné une incapacité de travail supérieure à huit jours (en légère baisse, de 3 360 à 3 103).
Statistiquement, cela correspond à 18,7 faits de violence conjugale pour 10 000 femmes, mais avec des pointes dans certains départements au-delà de 30 pour 10 000 femmes.

Ce nombre est à comparer avec une enquête de victimation réalisée en 2007 pour des faits de 2005 et 2006 : 410 000 femmes ont déclaré avoir subi des violences de leur conjoint ou ex-conjoint, soit 2,3 % de l’ensemble des femmes âgées de 18 à 60 ans. Moins d’un quart ont donc donné lieu à un dépôt de plainte (21 %).

Un homme meurt tous les dix jours de violences conjugales en France

Mais l’enquête de victimation révèle aussi que 127 000 hommes sont victimes de violences exercées par leur conjointe, soit 0,7 % de l’ensemble des hommes âgés de 18 à 60 ans pour la même période. Or, seulement 2 317 plaintes ont été enregistrées pour de tels faits, les hommes renonçant encore plus que les femmes à déposer une plainte.
Ce qui signifie qu’un peu moins d’un quart des faits de violences conjugales sont exercés sur des hommes.

En 2006, 37 hommes mouraient, tués par leur conjointe, mais dans les trois quarts des cas, ces hommes battaient leur compagne.

Tout problème est à prendre en compte avant qu'il ne s'aggrave. Une des solutions c'est d'en parler. Si la communication se fait mal vous pouvez consulter, en couple ou seul-e...

Pour toutes informations, n'hésitez pas à contacter le 3919 / Pour les renseignements juridique VIF/CIDF cliquez ici

© 2017 Planning Familial de Vaucluse